Derniers articles parus Littérature et Idée Mythopoétique Poétique du récit Espaces littéraires transculturels Perspectives critiques en littérature et poétique comparées Recherches sur la littérature russe Musique et littérature Observatoire des écritures contemporaines
Recherche par auteur étudié  :
Recherche par thème  :
Recherche dans tout le site :
Littérature et idée
Luther furieux
Luther furieux
 

Camille Dumoulié propose une généalogie de la fureur en tant qu’élément constitutif de la subjectivité. La fureur est l’énergie vitale du sujet. Elle est cette réaction devant le vide de l’ex-sistence, face au vide propre de l’ « être en dehors de soi ». La fureur jaillit parce que la substance, la jouissance nous ont été promises, mais nous ne rencontrons que le vide. Cette énergie est la force singularisatrice qui, affrontée à un principe épistémique, donne naissance au sujet. L’on peut diviser l’histoire du sujet à partir des divers principes qui ont régi les différentes époques. Dans l’Antiquité, ces principes sont le logos en Grèce et le droit à Rome. Au Moyen Age, le logos est incarné, le principe est le Verbe. Dans la Modernité, ces principes sont la Raison (Descartes) et la Loi (Kant). Finalement, notre temps se caractérise, selon Dumoulié, par l’absence de principe, sinon celui qui commande la loi perverse du consumérisme.

L'objet de cet article est de démontrer, à partir de la lecture lacanienne du texte luthérien, que Martin Luther est un personnage clé pour cette généalogie. Chez lui se conjugue le principe médiéval du Verbe avec des anticipations des principes modernes et de sa désarticulation finale de nos jours. On distingue généralement un premier Luther révolutionnaire, qui prend parti pour les réclamations du paysannat allemand, et un deuxième Luther conservateur et bourgeois, qui s’aligne sur les intérêts des princes. Néanmoins, bien qu’il soit possible de faire cette lecture historique, mon hypothèse est qu’il n’est pas possible de distinguer deux types de fureurs différentes. Luther est un furieux constant, tous ses écrits sont plus ou moins traversés par cet affect fondamental. Ainsi, le jeune Luther est un apocalyptique furieux, un furieux de l’incarnation et de la promesse de jouissance, avec quelques caractéristiques propres au mysticisme, dans son versant singularisateur. Le deuxième Luther questionne sa propre fureur et ses conséquences massificatrices, parvenant à l’extrême du sacrifice du soi-même à la poursuite de sa vraie fureur. Ceci l’amène à assumer une position contraire aux mouvements paysans. Pourtant, c’est toujours la même fureur singularisatrice qui le guide.


 



>>> Lire tout l'article






___________________________________________________

- Auteur : Jorge Roggero
- Titre : Luther furieux
- Date de publication : 18-11-2012
- Publication : Revue Silène. Centre de recherches en littérature et poétique comparées de Paris Ouest-Nanterre-La Défense
- Adresse originale (URL) : http://www.revue-silene.comf/index.php?sp=liv&livre_id=171
- ISSN 2105-2816