Derniers articles parus Littérature et Idée Mythopoétique Poétique du récit Espaces littéraires transculturels Perspectives critiques en littérature et poétique comparées Recherches sur la littérature russe Musique et littérature Observatoire des écritures contemporaines
Recherche par auteur étudié  :
Recherche par thème  :
Recherche dans tout le site :
Espaces littéraires transculturels
Cannibalisme, pensée, parodie : Friedrich Nietzsche et Oswald de Andrade
Cannibalisme, pensée, parodie : Friedrich Nietzsche et Oswald de Andrade
 

 

Cannibalisme, pensée, parodie : Friedrich Nietzsche et Oswald de Andrade


Par Maria Cristina Franco Ferraz

(Université Fédérale de Rio de Janeiro/Brésil)


« Le problème du cannibalisme [...] ne consiste pas à chercher le pourquoi de la coutume,

mais, au contraire, comment s’est dégagée cette limite inférieure de la prédation à quoi se

ramène peut-être la vie sociale. »

Claude Lévi-Strauss

Cannibalisme, prédation et métaphysique

        Dans ses Métaphysiques cannibales, l’anthropologue brésilien Eduardo

Viveiros de Castro développe, à partir d’une compréhension très aiguë de la

pensée deleuzienne, certaines pistes lancées par Claude Lévi-Strauss à propos

de ce que celui-ci avait appellé la pensée sauvage des Amérindiens. Viveiros

de Castro propose un perspectivisme multinaturaliste comme propre aux

Amérindiens, ce qui implique le dépassement, comme nous le verrons, des

présupposés chers à la tradition anthropologique et philosophique occidentale

dominante, contribuant à la production des métaphysiques autres, cannibales.

Pour introduire la présentation des résultats de ses recherches

concernant les cosmopolitiques amazoniennes, ancrées sur « la notion de

multiplicité perspective intrinsèque au réel », il se réfère à une parabole assez

connue, mentionnée par Lévi-Strauss dans Race et histoire, et que je reprends

ici :

« Dans les grandes Antilles, quelques années après la découverte de

l’Amérique, pendant que les Espagnols envoyaient des commissions

d’enquête pour rechercher si les indigènes avaient ou non une âme, ces

derniers s’employaient à immerger les blancs prisonniers afin de vérifier, par

une surveillance prolongée, si leur cadavre était ou non sujet à la

putréfaction. »

Cette anedocte a été extraite, comme nous le rappelle Viveiros de

Castro, du livre d’Oviedo intitulé Historia de las Indias. Elle aurait eu lieu à

Hispaniola et à Porto Rico, dans les deux premières décennies du XVIe siècle.

Elle se relie directement à la controverse de Valladolid (1550-1551), au

célèbre débat entre Las Casas et Sepúlveda au sujet de la véritable nature des

Indiens américains. La solution de la question qui a fortement opposé le

dominicain Bartolomé de Las Casas au théologien Juan Ginés de Sepúlveda

était fondamentale pour justifier la colonisation espagnole du Nouveau

Monde, produisant les justifications morales et théoriques pour la domination

des Indiens par droit de conquête, impliquant la détermination de la légitimité

ou non des sociétés indiennes, avec leurs coutumes, ce qui permettrait

l’entreprise colonisatrice et l’extermination des modes de vie des civilisations

précolombiennes.




>>> Lire tout l'article






___________________________________________________

- Auteur : Maria Cristina Franco Ferraz
- Titre : Cannibalisme, pensée, parodie : Friedrich Nietzsche et Oswald de Andrade
- Date de publication : 23-12-2015
- Publication : Revue Silène. Centre de recherches en littérature et poétique comparées de Paris Ouest-Nanterre-La Défense
- Adresse originale (URL) : http://www.revue-silene.comf/index.php?sp=liv&livre_id=181
- ISSN 2105-2816